Accueil > Autres > La triste vérité sur les souterrains de New York.

La triste vérité sur les souterrains de New York.

Vivre dans les souterrains new york

Les souterrains de New York cachent une bien triste réalité. Pourtant, sous ses allures de villes moderne et dynamique, New York reste une destination très prisée des touristes.

Cette ville cosmopolite à la capacité de vous transporter de part et d’autre du globe. Pourquoi aller en Italie alors qu’il vous est possible de vous rendre dans le Little Italy.

Pourquoi se rendre à Pékin quand vous pouvez aller à Chinatown ou à Flushing ? En pénétrant dans cette ville et vous pourrez gouter à toutes les cultures du monde.

New York c’est également la ville de la démesure, ses rues possèdent les plus grands buildings d’Amérique. C’est aussi la ville du cinéma, des célébrités que l’on peut rencontrer à chaque coin de rue. New York incarne tout simplement le rêve américain.

Pourtant, la plupart des New-Yorkais passent devant des grilles d’égout ou des entrées de métro sans savoir ce qu’il s’y passe.

«Il y a tellement de choses sous les rues de New York que les gens qui se promènent en surface n’y pensent jamais»

«Chaque trou d’homme, chaque porte, chaque escalier qui descend dans l’obscurité [se sent] comme un portail potentiel vers ce monde séparé.» Journaliste Will Hunt dans son livre Underground.

La vie dans les souterrains de New York.

Cette histoire semble irréaliste, mais nous sommes loin d’êtres dans une fiction. Ainsi, la ville la plus énergique et l’une des plus célèbres au monde, cache près de trente mille hommes, femmes et enfants qui, pour la plupart, ne voient jamais la lumière du jour ?

Hommes taupe

Ces hommes qui se réfugient dans les souterrains de New York

hommes vivants dans les tunnels de new york

Une véritable société hiérarchisé s’est créer dans ces souterrains

C’est l’auteure Jennifer Toth qui en 1993, a rapporté ces faits dans son ouvrage « Les Taupes ». Ces hommes taupe forment une société hiérarchisée qui jusque-là était totalement inconnue des New Yorkais.

À la parution du livre, la plupart des gens l’ont interprété comme une fiction. C’est lors des attentats du 11 septembre, que le maire de la ville Rudolph Guiliani, va tenter de « nettoyer » les lieux en murant de nombreuses entrées de galerie.

Cependant, le résultat attendu n’eut pas l’effet escompté, et de nombreux sans-abri rejoignirent cette communauté grandissante.

famille vivant dans les souterrains New York

Des familles complètes se réfugient dans les souterrains de New York

Qui vit dans ces souterrains de New York ?

C’est dans les niches et cavités procurées par les souterrains, qui comptent jusqu’à sept niveaux sous terre, que les hommes taupes ont formé leur communauté. Concentré du côté de Riverside Park, cette société est composée d’hommes, de femmes et d’enfants.

Ces rejetés de la société, aux destins divers et variés regroupent des vétérans de la guerre du Vietnam qui n’ont jamais réussi à se réintégrer. Mais également d’ancien mafieux, des victimes de la crise économique de 1970, des malades mentaux ou simplement des hommes et des femmes ruinés et abandonnés par le système.

Personne handicapé réfugié dans les souterrains

Personne handicapé réfugié dans les souterrains New Yorkais

Le quotidien de ces êtres humains vivants entourés de rats et d’amiante se résume en quelques mots, maladie, saleté, obscurité, peur et règlements de compte.

Pourtant, ils se sentent plus en sécurité dans les souterrains de New York que face à la « méchanceté humaine » de l’extérieur ; où les agressions contre les clochards et les sans-abri sont monnaie courante .

Pour ces hommes taupe vivants dans les souterrains New Yorkais, domine le sentiment d’appartenir à une grande famille. Contrairement au monde d’en haut où règne le chacun-pour-soi.

Une société développée par les hommes-taupes.

Les hommes-taupes ont effectivement développé leur propre société. Chacun possédant son propre espace de vie constitué avec les résidus du monde d’en haut.

Des « coursiers » sont régulièrement envoyés à la surface pour assurer le ravitaillement en vivres et une école serait également présente dans ce lieu sordide.

Mais, il reste difficile de savoir ce qu’il se passe exactement au sein de cette société hiérarchisée. Pour une personne lambda, il est impossible et extrêmement dangereux de s’aventurer dans ce monde. Seuls les initiés, qui comprennent la complexité de la situation, osent s’y aventurer.

Ironiquement, le soutien communautaire du tunnel était à bien des égards plus efficace que celui offert par les programmes municipaux.

Dans le campement, les habitants ont un endroit familier pour être, regarder la télévision, lire ou fumer. Ils ont une autonomie. Les règles sont simples, mais strictement appliquées. Respect de la vie privée. Pas de cri, pas de vol, aucun comportement stupide sous peine d’expulsion.

abri dans les souterrains New Yorkais

Une véritable société s’est créer avec ses propres lois.

Un problème pour les autorités.

En effet, cette communauté qui vit en dehors de la société est un véritable problème pour les autorités.

Mais la tâche se montre bien plus difficile qu’il n’y paraît. New York compte plus de 4 000 sans-abri dans les rues. Mais les sans-abri s mendiant dans les rues de New York ne sont que la partie émergée de l’iceberg.

Vous avez aimé cet article partagez-le !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *