Accueil > Conscience et Métaphysique > L’hypnose régressive, découvrez les révélations de vos vies antérieures

L’hypnose régressive, découvrez les révélations de vos vies antérieures

yin-and-yang-karma réincarnation

Imaginez que chacun d’entre nous soit immortel. Nous ne parlons pas d’une immortalité transmise par la génétique ou par les valeurs que nous enseignons à nos enfants. Nous parlons ici de la partie la plus importante de notre être, l’âme.

Dans le domaine de la psychothérapie, certains thérapeutes ont pour habitude d’utiliser l’hypnose comme support de travail.

Certes, l’hypnose possède des propriétés incroyables. Que ce soit pour gérer la douleur, affronter ses propres démons en faisant face à ses addictions, surmonter des obstacles psychologiques, l’hypnose est en train de devenir un véritable outil dans le milieu médical.

C’est sur cette base que certains thérapeutes vont utiliser ce qu’on appelle l’hypnose régressive.

Pourquoi connaitre ses vies antérieures ?

Vous ne vous êtes jamais demandé pourquoi vous aviez telles aptitudes, certaines phobies, certaines obsessions, les traits de caractère qui font votre personnalité.

Pourquoi certaines personnes, qui ont tout pour être heureuses, ne le sont pas ?

Est-ce que le fait d’avoir une situation financière plus que confortable, une famille aimante, une santé de fer, une enfance heureuse, suffit à faire de nous des gens heureux ?

La réponse est non, car malgré tous ces points positifs, certaines personnes souffrent au fond d’elle, d’un mal qu’elles ne peuvent exprimer. Et si la cause de ce mal qui les hante aujourd’hui provenait d’une autre vie ?

C’est ce que suggèrent certains thérapeutes, qui soignent leurs patients en explorant le parcours de vos différentes réincarnations, grâce à l’hypnose régressive.

Les débuts de l’hypnose régressive.

La première étude sur cette thérapie remonte en 1911. Le colonel De Rochas est un militaire et administrateur français et auteur d’études historiques et d’expérimentations privées.

Le colonel De Rochas va ainsi étudier l’hypnose sur une douzaine de patients « sensitif » sensible à l’hypnose. Ce magnétiseur réputé, s’est orienté vers l’hypnose régressive par le plus grand des hasards.

Lors d’une thérapie classique sous hypnose, le colonel De Rochas fait régresser ses patients dans des périodes oubliées de leur enfance pour déterminer la source du problème. Or, en poussant l’hypnose plus profondément que ne l’aurait fait un autre thérapeute, De Rochas se retrouve confronté à des récits incroyables.

En effet, le rôle de l’hypnotiseur, est d’aider le patient à explorer les scènes oubliées tout en se laissant guider par les détails qui surgissent au plus profond de soi. Seulement De Rochas, va faire remonter les souvenirs de ces patients en les faisant régresser jusqu’à l’âge de 7 ans, 5 ans, mais il se rend compte qu’il peut remonter jusqu’à l’état fœtal.

Entrevoir la période prénatal sous hypnose régressive.

Voici un extrait tiré de son livre « les vies successives ».

« Je l’ai endormie au moyen de passes longitudinales pour savoir les phénomènes qu’elle présenterait, et je fus étonné de constater que, sans aucune suggestion, je lui faisais remonter le cours de sa vie […].

“La voici à l’âge de 7 ans. Je lui demande ce qu’elle fait ? Je vais à l’école. Savez-vous écrire ? Oui, je commence”. Je lui mets une plume en main, elle écrit très bien papa et maman. Je continue les passes magnétiques et je la ramène à 5 ans. “Montrez-nous comme vous écrivez bien”. Elle écrit par syllabes, pa pa. Je lui mets en main un mouchoir, lui disant que c’est une poupée ; elle paraît très contente et se met à la choyer. Elle a toutes les apparences d’une fillette de cet âge.

Nouvelles passes ; elle est probablement au berceau et ne peut plus parler. Je lui mets l’extrémité du doigt dans la bouche, elle le tète. Après quelques séances destinées à l’assouplir et à diminuer le temps nécessaire pour l’amener à l’état de cette première enfance, j’eus l’idée de continuer les passes longitudinales.

Interrogée, Joséphine répondit par signes à mes questions et c’est ainsi qu’elle m’apprit peu à peu, en différentes séances, qu’elle n’était pas encore née, que le corps dans lequel elle devait s’incarner était dans le ventre de sa mère autour de qui elle s’enroulait, mais dont les sensations avaient peu d’influence sur elle. » (de Rochas 1911 : 30)

Les vies successives.

Toutefois, en poursuivant la régression hypnotique, De Rochas se rend compte que le sujet peut poursuivre bien au-delà de ce stade. Allant ainsi de sa naissance, jusqu’à une mort antérieure menant parfois à d’autres naissances préalables qui découle sur d’autres morts, d’autre corps.

On peut s’apercevoir, lors de la régression, que le sujet évoque les scènes non pas comme des souvenirs, mais comme une véritable action présente. Le sujet semble se positionner mentalement dans les conditions exactes de ces scènes évoquées. Il n’est pas spectateur de ses régressions, il se retrouve comme propulsé dans un autre temps.

Ces expériences révèlent l’hypnose, comme un véritable outil pour enquêter sur la réincarnation.

Toutefois, à l’époque, le colonel De Rochas ne mesurait pas encore les effets thérapeutiques que pouvait procurer l’hypnose régressive.

 

Livre sur l'hypnose régressive pour découvrir ses vies antérieures

Les vies successives d’Albert de Rochas

Briser les tabous scientifique.

De nos jours, il existe des centaines de thérapeutes, qui ont enregistré des milliers de séances de régression dans des vies antérieures. Le plus surprenant c’est que certains de ces récits ont pu être identifiés.

Brian Weiss, fait partie de ces thérapeutes. Cet éminent psychiatre américain est un fervent pratiquant d’hypnose régressive. Il aura fallu plusieurs années à cet homme pour oser briser les tabous sur les récits de vies antérieures. Par crainte d’être rejeté par la communauté psychiatrique, Brian Weiss aura attendu quatre longues années avant d’oser publier son premier livre.

On peut facilement comprendre la pression que peuvent ressentir ces hommes vis-à-vis de leurs confrères qui ne partagent pas leurs idées. Les scientifiques ne devraient pas avoir peur d’enquêter sur des phénomènes qui vont à l’encontre du matérialisme. Ne devrait – on pas considérer ces hommes, qui s’aventurent hors des systèmes et des croyances en cours, comme des précurseurs à l’ origine d’un changement de paradigme ?

Car au final, que reproche-t-on à ces thérapies, leur efficacité ? À ce jour le Dr Brian Weiss a aidé plus de quatre mille patients grâce aux régressions dans les vies antérieures. Seulement, pour comprendre la réussite de ces thérapies, il faut en effet franchir certaines barrières, en l’occurrence celle de considérer que seul le cerveau peut générer la conscience.

La capacité du subconscient à se souvenir.

Sigmund Freud a décrit la psyché comme fonctionnant à plusieurs niveaux. Parmi ces niveaux, se trouve ce qu’il appelle l’inconscient, dont par définition nous ne sommes pas conscients, mais qui enregistre la totalité de notre vécu et nous pousse à agir comme nous le faisons, à penser comme nous pensons, à réagir comme nous réagissons et à ressentir ce que nous éprouvons.

Pour Freud , ce n’est qu’en accédant à l’inconscient que l’on peut découvrir qui l’on est, et c’est grâce à cette connaissance que l’on peut guérir.

Sur ce point, des thérapeutes connus dans le monde entier, comme Dolores Cannon, Michael Newton ou encore Linda Backman, ont réalisé de formidables avancées dans les thérapies régressives.

« L’hypnose est la technique principale que j’utilise pour aider mes patients à accéder aux souvenirs de leurs vies passées… L’un des buts de l’hypnose, tout comme la méditation est d’avoir accès au subconscient » Brian Weiss

Il faut savoir que le subconscient, n’est pas limité par les frontières imposées par le mental, l’espace ou le temps. Le subconscient conserve tout en mémoire. Ainsi, l’hypnose permet un accès à la mémoire du subconscient permettant à un individu d’aller à la source des problèmes et difficultés qu’il éprouve dans sa vie présente.

La thérapie par l’hypnose régressive permet de court-circuiter les barrières conscientes pour découvrir ces informations enfouies en nous, qui font celui ou celle que nous sommes.

Toutefois, ces informations conservées par le subconscient remettent en cause notre conception de la mémoire. 

Les difficultés de la science face à la mémoire.

Les neurosciences ont fait d’énormes progrès sur la mémoire. Toutefois, elle reste dans une impasse dans certaines situations.

Récemment la science a démontré que des organismes unicellulaires démunis de cerveau étaient capables d’apprendre et de se souvenir. Ce processus implique une mémorisation, or sans cerveau cela remet en cause la conception matérialiste de la mémoire.

Chez l’homme, comme le souligne Francis Crick, nos souvenirs se conservent des années. Cependant toutes les molécules de notre corps, à l’exception de l’ADN se régénère en quelques semaines, mois tout au plus, sans que nos souvenirs ne soient affectés. (voir notre article sur la mémoire)

Ne faudrait-il pas envisager la mémoire autrement ?

Lors de ses séances d’hypnose régressive, le Dr Brian Weiss s’est retrouvé confronté à des cas de xénogléssie. Rappelons que la xénogléssie est une affection médicale rare, qui consiste à parler avec un accent, voir même une langue étrangère après un AVC ou un choc à la tête. (voir notre article sur la xénogléssie)

Or, sous hypnose certains patients parvenaient à parler des langues étrangères dans leurs vies antérieures. Une langue qu’ils n’avaient jamais apprise, ni étudiée dans leur vie actuelle.

Comment parler une langue étrangère couramment sans ne jamais l’avoir apprise ? Sur ce point, la xénogléssie, vient directement remettre en cause l’hypothèse que ces récits sous hypnose proviennent de faux souvenirs.

Les bienfaits de l’hypnose régressive.

Il est important de mentionner que tous les problèmes ne trouvent pas leur cause dans une vie passée. Certains de ces problèmes nécessitent d’autres thérapies.

Cependant, après avoir pratiqué un grand nombre de d’hypnose régressives, les thérapeutes ont été en mesure d’établir une liste des bienfaits apportés par cette thérapie.

  • Amélioration de certain trait de caractère
  • Guérison de phobies, des peurs et des obsessions
  • Guérison de certaines maladies physiques chroniques (maux de tête, allergies, asthme, autres douleurs corporels)
  • Réguler les émotions négatives telles que la colère, la haine, la dépression
  • Clarifie sa mission de vie et son rôle en cette incarnation
  • Retrouver des aptitudes et des talents acquis dans les vies antérieures
  • Accéder à une plus grande sagesse intérieure
  • Avoir une meilleure compréhension des rôles que peut avoir notre entourage
  • Se libérer de la peur de la mort
  • Prendre conscience de l’utilité de certains défis placés sur notre chemin.

L’hypnose régressive est intimement liée à la réincarnation, et vient sur ce point, consolider les travaux entrepris par Ian Stevenson. Ce scientifique renommé est un véritable pionnier dans la recherche sur la réincarnation. (voir notre article sur les recherches de Ian Stevenson)

Livre sur les récits de vies antérieures  Brian Weiss.

Voici un exemple parmi les nombreux cas recensé par Brian Weiss:

Emilie était une femme de trente ans, elle consulta le Dr Brian Weiss, car elle souffrait de claustrophobie. Elle était terrorisée à l’idée de se retrouver dans un ascenseur, ou dans tout autre endroit exigu.

Lors de sa régression hypnotique, Emilie eut la vision de sa propre mort en 1634. Alors qu’elle vivait parmi une tribu nomade d’Amérique centrale, elle fut tuée par un glissement de terrain causé par un tremblement de Terre.

 

livre hypnose régressive

Une même âme de nombreux corps

 

Pour le Dr Brian Weiss, tout comme Ian Stevenson et bien d’autres, le phénomène de réincarnation est une évidence. Selon ce principe, nous serions des êtres spirituels incarnés dans un corps physique pour vivre des expériences sur Terre, afin de faire évoluer notre âme.

Selon Weiss, il nous est impossible de tout apprendre lors d’une seule vie, ainsi chaque fois que nous revenons, c’est pour notre évolution. Bien sûr il existe des âmes plus évoluées que d’autres. On pourrait considérer le Dalaï-Lama comme comme un étudiant en classe supérieure, alors que d’autres sont encore en cours élémentaire.

La terre serait comme une école, un lieu pour expérimenter des émotions, des sensations, des sentiments. Dans cette école, nous avons l’opportunité d’aimer, d’éprouver du plaisir, de la joie. On peut sentir les fleurs, toucher la peau d’un bébé, voir la beauté d’un paysage, écouter la musique du vent.

C’était là l’intention de départ, avant de sombrer dans une société de surconsommation qui détruit quotidiennement cette formidable salle de classe.

Vous avez aimé, partagez-moi !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *