Accueil > Santé et bien-être > Télomères: notre durée de vie au cœur de notre ADN !!

Télomères: notre durée de vie au cœur de notre ADN !!

Télomères: notre durée de vie au cœur de notre ADN

Commençons-nous à mourir dès l’instant où nous sommes nés ?

Les télomères jouent un rôle essentiel pour notre durée de vie qui reste un mystère en science. Prenons l’exemple du chat estimé avec une durée de vie moyenne d’environ 20 ans. Pourtant le chat ayant vécu le plus longtemps a eu une longévité de 38 ans et 3 jours!! Pourquoi et qu’en est il pour nous?   En effet nous sommes en droit de nous poser cette question possédons-nous un « réservoir » de vie?

Et la réponse serait  oui, grâce aux dernières recherches sur l’ADN. En 2009, le prix nobel de médecine fut conjointement décerné à trois scientifiques. Elizabeth Blackburn et  Carol W. Greider  de l’université de californie à Berkley ainsi que Jack W. Szostak de la faculté de médecine de l’université de Harvard.

Leurs découvertes expliquent  comment les chromosomes sont protégés par les télomères. Mais également que ces télomères sont fabriqués par la télomérase.  Cette enzyme a pour objectif d’habiller l’extrémité des chromosomes de télomère, visant ainsi à les protéger.

Il est facile de comprendre l’importance de la longueur de nos télomères. De ce fait tant qu’ils demeurent assez long pour conserver notre code ADN intact, la division cellulaire et nos cellules vitales demeurent saines et équilibrées. Elles peuvent ainsi remplir leur rôle.

 

télomères rallonge la durée de vie

Les télomères sont situés à l’extrémité des chromosomes

 

Généralement, la longueur de nos télomères raccourcit au cours de notre vie. Ainsi à notre naissance la longueur se situe entre 8000 et 13000 unités.  Nous ne naissons pas tous égaux, chacun possède « un réservoir » de vie plus ou moins important.

Cette longueur diminue d’une moyenne  d’environ 30% à l’âge de 35 ans pour un adulte ayant un mode de vie typiquement occidental.

Si les télomères sont raccourcis, la cellule vieillit. Ceux sont la longueur des télomères qui déterminent la durée de vie de nos cellules.

Notre durée de vie peut se résumer ainsi. Lorsque nous arrivons dans ce monde, nous ignorons jusqu’à quel niveau ce « réservoir » de vie  est rempli et nous ignorons également à quel vitesse celui-ci s’écoule ?

En effet il y existe différents facteurs bien connu qui augmente considérablement le raccourcissement de ses télomères.

Une étude danoise portant sur près de 65 000 personnes suivies pendant 7 ans a montré que la réduction de taille des télomères était associée à tous les facteurs suivants. L’âge,  le sexe masculin, indice de masse corporelle, pression systolique, consommation de tabac et d’alcool, temps d’inactivité physique, cholestérol, les facteurs environnementaux, le stress, certaines maladies.

 

Les télomères situés aux extrémités des chromosomes

La longueur des télomères diminue lors de la division cellulaire

 

Les vitesses de raccourcissement des télomères sont différentes entre les hommes et les femmes. En effet, une étude a démontré que chez un groupe d’homme et de femme de 48 ans, il y avait une différence significative de longueur de télomères d’environ 320 pb (c’est équivalent à environ 8 à 10 années de différence !). Le raccourcissement des télomères est plus rapide chez les hommes que chez les femmes.

La télomérase peut-elle inverser le processus de vieillissement et rallonger nos télomères et notre durée de vie ?

Les premières théories de la télomérase et son rôle dans la longévité a été testée en premier lieu sur des souris .Bien que biologiquement une souris soit différente d’un être humain, les résultats des études se sont révélés stupéfiants.

Un article publié en 2010 dans la revue Nature décrivait une étude réalisé sur un groupe de souris n’a laissé aucun doute sur ses résultats. Le titre du document s’intitule « la télomérase inverse le processus de vieillissement » (source Nature)

Les souris ont donc reçue un traitement une fois arrivée à l’âge adulte, pour que leur enzyme télomérases  soient réactivées. Elles ont reçues un produit spécifique appelé 4-OHT. Au bout d’un mois de traitement ces souris ont étaient évaluées.

Les résultats indiquent que non seulement les maladies liées à l’âge adulte des souris ont été enrayés, de plus leurs états s’étaient inversées !!

Leur testicules ont retrouvées leur normalité, ainsi que leur fertilité. D’autres organes comme le foie, la rate et les intestins se sont régénérés !!  En un mois de traitement, la télomérase a également inversé les effets de vieillissement du cerveau.

Les effets de la méditation sur les télomères.

La méditation est devenue un nouveau champ de recherche pour les scientifiques.  Véritable gymnastique cérébrale, la méditation réduirait les effets toxiques engendrés par les hormones du stress. Elle aurait ainsi une action bénéfique sur les inflammations chroniques, les défenses immunitaires ou la dégradation de nos cellules.

 Sa pratique aurait également le pouvoir de modifier l’anatomie du cerveau, qui reste plastique tout au long de la vie, et contribuerait à freiner le vieillissement cérébral.

Une étude de l’académie des sciences de New York, affirme que la méditation a des effets positifs sur la longueur des télomères. (source: Académie des sciences de New York )

La longueur des télomères est désormais liée à l’exposition chronique au stress et à la dépression. Cela soulève la question du mécanisme: comment le vieillissement cellulaire pourrait-il être modulé par le fonctionnement psychologique?

 

Nous considérons deux processus ou états psychologiques opposés l’un à l’autre – la cognition de la menace et la pleine conscience

 

Les cognitions de stress psychologique, en particulier les évaluations de la menace et des pensées ruminatives, peuvent conduire à des états de réactivité prolongés. En revanche, Les techniques de méditation de pleine conscience semblent faire passer les évaluations cognitives de menace en défi, diminuer la pensée ruminative et réduire l’excitation du stress.

Compte tenu du type d’associations révélées jusqu’à présent, nous proposons que certaines formes de méditation puissent avoir des effets bénéfiques sur la longueur des télomères.

 

Avons-nous une durée de vie maximale ?

Nous avons vu que nous possédons à notre naissance « un réservoir » de vie (les télomères) . Que celui-ci pouvait se vider en fonction de notre train de vie. Que des pratiques telle que la méditation pleine conscience pouvait avoir un rôle bénéfique sur les télomères.

Mais il semblerait tout de même que l’organisme soit condamné à une durée de vie maximale autour de 115 ans.

Ce processus se nomme la limite de hayflick. Cette limite a été découverte par Léonard Hayflick en 1965. Hayflick avait observé que des cellules en division dans une culture cellulaire ne se divisaient que 50 fois avant de mourir. Quand des cellules approchaient cette limite, elles montraient des signes de sénescence.

Cette limite est supposée être l’une des causes du vieillissement. Et si le raccourcissement des télomères pouvait être ralenti ou empêché, il deviendrait possible d’augmenter l’espérance de vie.

Mais la question des limites de la durée de vie humaine, est toujours un vaste terrain inconnu, qui fascine autant qu’il divise. Chaque mois, près de mille articles scientifiques sur la biologie du vieillissement ou de la longévité sont publiés.

En octobre 2016, la polémique a été relancée par une étude américaine publiée dans la revue ­Nature. Selon le biologiste Jan Vijg et ses collègues, l’âge maximal au décès plafonne depuis 1997 autour de 115 ans. Les chercheurs ont constaté qu’après 100 ans, le gain d’espérance de vie a stagné puis décliné.

Certains franchissent cette limite.

La probabilité qu’une personne dépasse les 125 ans serait de moins de un pour dix mille. Selon cette étude, Jeanne Calment serait donc ce que les statisticiens nomment une « donnée aberrante », c’est-à-dire une exception qui confirme la règle.

L’Indonésien Sodimedjo, dont la famille a annoncé la mort en mai 2017, disait être né en décembre 1870 lui donnant l’âge de 146 ans. Mais une telle espérance de vie est-elle scientifiquement crédible ?

D’après les autorités indonésiennes, les registres de naissance n’ont été rendus obligatoires dans le pays qu’à partir de 1900. Pourtant, la BBC affirme avoir eu confirmation par des responsables locaux de l’authenticité des documents du vieil homme. (source: Le Monde)

Le mystère de Li Ching Yun, une durée de vie jugée impossible par nos scientifiques.

Li Ching Yun était un chinois pratiquant les arts martiaux, maître qi gong et herboriste. Il a vécu se nourrissant essentiellement de plantes.

 

Li Cing Yuen sciences mystérieuses

 

Il a servi dans l’armée chinoise et serait décédé à l’âge de 256 ans ce qui paraît insensé !! Mais les dossiers militaires détaillés de l’armée chinoise indiquent  qu’il serait né au Sichuan en 1677.

Son entrée dans l’armée en tant que conseillé militaire en 1749 et sa retraite 25 ans plus tard à l’âge de 97 ans sont bien documentées. À sa retraite il aurait repris un mode de vie simple et rural en retournant dans les hautes chaînes de montagne de la province du Sichuan.

En 1777 Li ching Yun a reçu une lettre de remerciement pour le service accompli au sein de l’armée en le félicitant pour son 100é anniversaire.  Cet homme « serait «  décédé en 1933. On dit « serait » car sa dépouille n’a jamais été retrouvé. D’après sa femme il serait mort pendant l’une de ses promenades en pleine nature.

Cette histoire a été publiée en 1933 dans le Time magazine ainsi que le New York Times. Cet article du New York Times raconte, qu’en 1930, Hu Zhongqian professeur de l’université de Chengdu aurait trouvé son acte de naissance, qui daterait de 1677. En 1827, le gouvernement lui aurait offert un cadeau pour son 150e anniversaire. (source: wikipedia)

Finalement cette histoire a été reléguée  au rang de mythes par les  gérontologues. Au vue des découvertes sur les télomères est-ce vraiment un mythe ?

Sources: Nature, Académie des sciences de New York, wikipedia, Le Monde et « nous ne sommes pas ce que la science dit de nous » de Gregg Braden

Vous avez aimé, partagez-moi !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *