Accueil > Univers et Cosmologie > Recherche d’intelligence extra terrestre, grâce à de nouvelles technologies

Recherche d’intelligence extra terrestre, grâce à de nouvelles technologies

recherche intelligence extra terrestre

Traquer les signes d’intelligence extra terrestre.

De nouvelles technologies vont permettre d’approfondir la recherche, sur une possible intelligence extra terrestre. Cette recherche est plus communément appelée (SETI), elle regroupe des scientifiques en quête de civilisations extra terrestres avancées.

La nouvelle a été transmise par l’observatoire national de radioastronomie. Il y a en effet un nombre croissant d’exoplanètes en orbite autour de leur propre étoile. Ces découvertes offrent un terrain de chasse idéale pour traquer la moindre preuve d’une civilisation intelligente.

Cette quête a débuté dans les années 60 avec le projet Ozma. Un projet mené par Frank Drake, l’auteur de la célèbre équation de Drake. De nos jours, la technique consiste traquer tous signaux radio qui pourraient être émis par une intelligence extra terrestre.

 

Frank Drake l'auteur de l’équation de Drake

Frank Drake l’auteur de l’équation de Drake, servant à estimer le nombre potentiel de civilisations extra terrestres dans notre galaxie, avec lesquelles nous pourrions rentrer en contact

 

Grâce à cette méthode, plusieurs signaux radio ont pu être détectés, cependant l’interprétation de ces signaux reste sans réponse franche. En effet appelés « sursaut radio rapide » (FRB) , ces flashs de quelques millisecondes provenant du fond de l’univers ont des origines qui nous sont incertaines.

Que sont réellement ces sursauts radio ?

Cependant, une étude parue dans The Astrophysical Journal  le 10 juillet 2014, confirme que ces signaux cosmiques peuvent se produire plusieurs fois par jour. À moins que nous soyons contactés par des extra terrestres qui nous bombardent de signaux venant de toute part, ces signaux doivent avoir une autre origine.

En effet, l’interprétation de ces signaux est en grande partie d’origine astrophysique. Des hypothèses sur ces signaux, proviennent de l’université de Mc Gill. Ils expliquent que ces signaux seraient dus à l’évaporation des trous noirs, des étoiles à neutrons naissantes ou mourantes ou encore des pulsars de genre nouveau.

Toutefois, cette méthode possède une certaine efficacité. En effet, car malgré tous les signaux reçus quotidiennement, certains se distinguent des autres par leurs répétitions.

De ce fait, en 2020 sur tous les sursauts radios rapides, cinq ont pu être localisés et deux sont des sursauts répétés. Par ailleurs, plusieurs articles circulent en ce moment même, sur un puissant signal de quelques millisecondes. Ce curieux signal à la particularité de suivre un cycle de 16,35 jours.

De ce fait, le signal dénommé FRB 189016.J0158 + 65 pourrait bien avoir une origine extra terrestre, selon Abraham Loeb à l’université de Harvard. Cependant, rien ne permet d’affirmer avec certitude que ce n’est pas un phénomène astrophysique.

Des partenariats pour traquer l’intelligence extra-terrestre.  

Pour approfondir les recherches, l’observatoire national de radioastronomie (NRAO) et l’institut SETI, ont annoncé un partenariat. Or le but de ce partenariat, serait d’ajouter des capacités SETI aux radiotélescopes exploités par (NRAO).

Tout d’abord, le projet va débuter par l’installation d’une interface sur le VLA  qui est le « Very Large Array », situé au Nouveau-Mexique. Ceci va permettre d’avoir un accès sans précédent aux riche flux de données produit en continu par les télescopes lorsqu’ils observent le ciel. Ces données, seront couplées à un système de recherche de signature technologique de pointe développé par SETI.

« Lorsque le VLA effectuera ses observations scientifiques classiques, ce système permettra une utilisation supplémentaire et importante de ces données que nous collectons déjà »

 

« Cette interface nous permettra de mener une enquête SETI puissante et étendue. Cette enquête sera beaucoup plus complète que n’importe quelle recherche précédente » Andrew Siemion

 

Recherche intelligence extra terrestre grâce au VLA

The Karl G. Jansky Very Large Array (VLA)  Le Very Large Array, l’un des premiers observatoires radio astronomiques du monde, se compose de 27 antennes radio dans une configuration en forme de Y sur les plaines de San Agustin, à 80 kilomètres à l’ouest de Socorro, au Nouveau-Mexique.

Une technologie grandissante pour la recherche d’intelligence extra terrestre.

Effectivement, pour multiplier les chances de trouver des traces d’intelligence extra terrestre, les scientifiques ont conçu des techniques de pointe. Ces techniques permettraient de détecter diverses signatures, pouvant suspecter la présence de technologies extra-terrestre.

En effet, des indicateurs de technologie telle que les faisceaux laser, les structures en orbite autour des étoiles, les produits chimiques atmosphériques produits par les industries ou encore la présence de satellites peut trahir la présence d’une civilisation suffisamment avancée. La détection de ces « technosignatures » si elles existent,  nous permettraient de faire une incroyable avancée dans la recherche sur une intelligence extra terrestre.

« Tous ces indicateurs deviennent détectables à mesure que notre technologie progresse. De plus, cela ravive l’intérêt pour la recherche de vie intelligente dans les agences gouvernementales et les fondations privées » Andrew Siemion

Les formes de vie, intelligentes ou non, ont la possibilité de laisser derrière elles des traces détectables par notre technologie. Cela peut être une grande quantité d’oxygène, une plus petite quantité de méthane ou une variété d’autres produits chimiques. En ce moment même, des scientifiques de la NASA développent des modèles informatiques afin de simuler divers environnements extérieurs.

Or les futurs télescopes, qu’ils soient au sol ou dans l’espace, auront bien évidemment la capacité d’analyser l’atmosphère des planètes. Pour cela ils vont s’appuyer sur les modèles informatiques développés par la NASA. Ces modèles, aideront à déterminer si une planète est susceptible d’abriter la vie.

Collaborer dans la recherche de la vie extra terrestre.

Jill Tarter du SETI Institute, met en avant le fait, que des projets tels que la recherche PANOSETI en lumière visible et infrarouge de l’université de Californie et la recherche Laser SETI, sont en cours de construction, avec des sites de co-observation pour réduire les faux positifs.

« En effet, nous attendons également avec impatience, la prochaine décennie. Lors de celle-ci, nous espérons construire un très grand ensemble de télescopes nouvelle génération. Cet ensemble sera capable de rechercher un volume de l’univers mille fois plus grand que celui accessible aux télescopes actuels. »

Jill Tarter incite également les différents médias à communiquer de manière précise avec le public. Effectivement, ces dernières années, il y a eu beaucoup de fausses déclaration sur la recherche SETI.

Les années à venir vont être déterminantes dans la recherche concernant l’intelligence extra terrestre.

Source: L’Observatoire national de radioastronomie est un établissement de la National Science Foundation, exploité en vertu d’un accord de coopération par Associated Universities, Inc.

Vous avez aimé, partagez-moi !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *