Accueil > Civilisations anciennes > Le labyrinthe de Hawara, un chef d’oeuvre qui surpasse les pyramides.

Le labyrinthe de Hawara, un chef d’oeuvre qui surpasse les pyramides.

Labyrinthe pyramide d'Hawara en égypte

Le Labyrinthe d’Hawara, ce site méconnu et oublié, qui fascine les hommes depuis l’antiquité !!

Le labyrinthe d’Hawara est un immense complexe situé au pied d’une pyramide portant le même nom. Situé a Hawara, elle est la deuxième pyramide d’Amenemhat III. Possédant une longueur de base de 105 mètres et une hauteur de 58 mètres.

Elle fut explorée pour la première fois en 1843 par Karl Richard Lepsius puis entre 1888 et 1889 par William Petrie.

 

La pyramide d'Hawara construite par Amenemhat III situé coté du labyrinthe

La pyramide d’Hawara construite par Amenemhat III

La pyramide de Hawara est aujourd’hui inondée à cause d’une nappe phréatique, elle possédait à son entrée un escalier en pente légère. Cet escalier mène à deux trappes coulissantes pesant 20 tonnes chacune, permettant d’accéder à la chambre funéraire. Le caveaux est une incroyable construction, une cuve taillée dans un gros bloc de quartzite pesant 110 tonnes.

Le plafond, composé de trois dalles pesant jusqu’à 45 tonnes. La pyramide possède également deux accès latéraux ayant permis de sceller le tombeau. Bien qu’elle soit en bien mauvais état aujourd’hui l’histoire du site d’Hawara aurait pu s’achever ici, sur la découverte de la pyramide d’Amenemhat III.

 

Le labyrinthe d'Hawara et sa pyramide en image 3D

reconstitution de la pyramide d’Amenemhat et du labyrinthe d’Hawara

 

Labyrinthe d’Hawara, « un chef d’oeuvre qui surpasse les pyramides ».

Mais au pied de cette pyramide se cache un véritable « chef d’œuvre qui surpasse les pyramides » comme le cite Hérodote vers 430 av J-C.  Ce site monumental constitué de 12 cours couvertes. Six orientés au Nord et six vers le sud, entourés de salles et de galeries. Il y aurait  3000 pièces dont une grande partie souterraine, le tout entouré d’un mur de 385 mètres sur 158 mètres.

 

J’ai été emmené dans les pièces de l’étage supérieur,et je n’ai pas pu tout observé, car les Égyptiens ont refusé de me laisser voir certaines parties .

Les chambres hautes, au contraire je les ai bien vues, et il est difficile de croire qu’elles sont l’oeuvre des hommes. Les passages de pièces en pièces et de cours en cours sont déconcertants. C’était pour moi une merveille indescriptible et interminable. Au fond du labyrinthe se dresse une pyramide où sont gravées dans la pierre de puissantes figures et déités

« Hérodote histoires, Livre II, Euterpe »

 

D’autres personnages historiques rapportent la même magnificence du site. Comme le géographe historien Strabon ou encore « Pline l’ancien » , commandant et philosophe de l’armée romaine. Dans son ouvrage Histoire Naturelle il cite:

 

Ce labyrinthe Égyptien à mon étonnement considérable, est indescriptible de beauté. Ses colonnes sont faites de marbre de Paros, tandis que le reste est en granit d’Assouan. Ces masses semblent affronter l’éternité et il serait impossible de décrire en détail l’entière complexité et la disposition de ce complexe.

Pline

Le labyrinthe au pied de la pyramide était connu depuis l’antiquité.

 

dessin du labyrinthe d'hawara

représentation du labyrinthe d’Hawara

 

Le labyrinthe d’Hawara est une découverte archéologique, dont on soupçonnait l’existence depuis des siècles. Cette découverte,fut confirmée en 2008 par une équipe de chercheurs belgo-égyptiens. Le groupe de scientifiques du National Research Institute of Astronomy and  Geophysics  le (NRIAG), se sont équipés de matériel spécialisé dans la détection géomagnétique pour scanner sous la surface du sol.

Le groupe de scientifiques belges, dirigés par Louis De Cordier, ont pu révéler ce complexe monumental tel qu’il était décrit dans l’antiquité.

Le labyrinthe d’Hawara en reconstitution vidéo. 

 

Cliquez deux fois pour lancer la vidéo (mobile)

Un curieux rapport autour de la pyramide et du labyrinthe situé en Egypte.

Il règne tout de même un certain flou sur les conclusions du rapport du NRIAG.

Autant  les résultats des travaux de la pyramide d’Amenemhat III sont complets et relativement précis. Alors que les conclusions du rapport sur le labyrinthe sont étrangement absentes.

Considéré comme un mythe jusqu’en 2008 cette magnifique découverte a pourtant été étouffé, comme bien d’autres qui n’ont jamais été rendu publiques. La raison en est simple, ce site est très bien gardé par un personnage connu et redouté de tous.

En effet, cette personne n’est autre que Zahi Hawass, le secrétaire générale du Conseil suprême des antiquités. Un personnage très controversé selon plusieurs média, comme le figaro qui site :« l’entreprenant et controversé égyptologue Zahi Hawass, »

Ou encore l’express  qui le cite en tant que « gardien d’une civilisation perdue et star médiatique, le tout-puissant patron du Conseil suprême des antiquités a la haute main sur les fouilles archéologiques » mais également  « Il s’est juré de rendre l’égyptologie aux Egyptiens. Ses détracteurs l’accusent de manquer de rigueur scientifique. »

Louis de Cordier l’autre acteur principal de cette expédition s’explique sur les réseaux sociaux.

Voici un message posté par Louis DE Cordier le 27 octobre 2017:

Hier, après deux ans de travail acharné, la demande d’autorisation relative au projet archéologique Hawara_2018 a été transmise au ministère des Antiquités d’Egypte. Je croise les doigts maintenant !! )

Louis de Cordier

 

Puis un autre le 8 Juillet 2018:

En attente d’autorisation depuis octobre 2017. Au ministère des Antiquités, le dossier complet de la demande de démarrage du projet archéologique de Hawara en 2018 a déjà été porté disparu 2 fois …

 

Puis le 05 Août 2019

Près de deux ans ont passé depuis que nous avons transmis notre demande d’autorisation pour Hawara-Archaeological-Project au Ministère des antiquités …. Le dossier a été perdu par leur administration à deux reprises. Rien entendu depuis. Au début de cette année, le Dr Tassie Geoffrey John (notre futur directeur de projet Hawara) s’est rendu en Égypte pour déterminer une nouvelle fois le statut de l’autorisation de notre projet de préservation. Malheureusement, il est décédé subitement dans un taxi du Caire. Une grande perte pour la communauté archéologique, une perte totale pour la mission prévue à Hawara.

 

Vous pouvez retrouver les messages de Louis De Cordier sur sa page Facebook

Labyrinthe d’Hawara, un secret bien gardé…

On ignore encore ce que cache l’immense labyrinthe d’Hawara, mais son emplacement, connu avec certitude ne cause plus aucun doute. Les conclusions de l’équipe de recherche sont formelles, il y a deux vastes complexes souterrains qui se réunissent sur plusieurs hectares au sud de la pyramide d’Amenemhat III.

Malheureusement le gouvernement Egyptien s’est opposé à la divulgation de cette découverte en prétextant qu’ils devaient en apprendre plus sur le site.De plus les chercheurs ont patiemment attendu que les résultats soient rendu publique par le Dr Zahi Hawass et à ce jour, ils sont toujours dans l’attente.  Ce qui est très frustrant car les résultats du scanner mettent en évidence les couloirs du labyrinthe.  Aucune autre tentative n’a été faite à ce jour pour enquêter sur ce labyrinthe.

Vous avez aimé, partagez-moi !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *