Accueil > Civilisations anciennes > Le lac Skeleton, pourquoi est-il le plus grand mystère de l’Himalaya ?

Le lac Skeleton, pourquoi est-il le plus grand mystère de l’Himalaya ?

lac skeleton

L’analyse de l’ADN vient de rendre encore plus étrange le mystère du lac Skeleton de l’Himalaya.

Un paradis dans les hauteurs de l’Himalaya, parmi les sommets enneigés le lac Roopkund. En effet, cet étrange lac est constitué d’une masse d’eau peu profonde remplie d’os humains. Cette découverte donne au lac son autre nom , le lac Skeleton. Cependant personne ne sait ni comment, ni pourquoi ces corps sont arrivés là.

Une hypothèse telle qu’une catastrophe, un événement unique comme une tempête puissante, un violent orage qui aurait frappé un grand groupe de personnes aurait pu être crédible. Mais l’analyse de l’ADN  des squelettes a renversé cette idée.

Les restes de corps retrouvés au lac Skeleton semblent provenir de groupes distincts.

En effet, les restes de corps retrouvés indiquent qu’ils ne sont pas tous arrivés là au même moment, ces corps proviennent de groupes distincts. Sur ce point, il semblerait que différents groupes de personnes soient arrivés au lac plusieurs fois au cours d’une période de 1000 ans.

« Grâce à des analyses biomoléculaires, ainsi qu’une reconstruction alimentaire à l’aide d’isotopes stables et une datation au radiocarbone, nous avons découvert que l’histoire du lac Roopkund était plus complexe que nous ne l’avions anticipé« , a déclaré le généticien David Reich de la Harvard Medical School.

L’histoire a commencé à se dérouler il y a une décennie. Le généticien Kumarasamy Thangaraj du Centre de biologie moléculaire et cellulaire du CSIR en Inde a séquencé l’ADN mitochondrial de 72 des squelettes.

Comme Thangaraj et son défunt collègue Lalji Singh s’y attendaient, certains des squelettes avaient un ADN compatible avec une origine indienne locale. Mais d’autres au contraire n’avaient aucun lien avec cette population. En effet, plusieurs squelettes semblaient être originaires de l’Eurasie occidentale. Cette surprenante découverte remet totalement en cause la thèse d’une mort collective!!

Cela méritait un examen plus approfondi, par un séquençage du génome entier. En effet, un ADN pan-génomique a été généré avec succès pour 38 personnes. Ces 38 génomes ont ensuite été comparés à 1 521 individus anciens et 7 985 individus du monde entier.

 

nombreux corps retrouvés au lac Skeleton

 

 

Cette analyse au lac Skeleton, a révélé trois groupes distincts!!

En effet, le groupe le plus important comprenait 23 personnes dont l’ADN était semblable à celui des Indiens d’aujourd’hui. Le deuxième groupe, composé de 14 personnes, a été une énorme surprise. Leur ADN ressemblait étroitement aux gens de la Crète et de la Grèce d’aujourd’hui. Enfin, le dernier individu isolé présentait un ADN suggérant une origine sud-asiatique.

« Nous avons été extrêmement surpris par la génétique des squelettes de Roopkund », a déclaré le biologiste de l’évolution, Éadaoin Harney, de l’Université Harvard.

 

« La présence d’individus ayant des ancêtres typiquement associés à l’est de la Méditerranée suggère que le lac Roopkund n’était pas seulement un site d’intérêt local, mais attirait plutôt des visiteurs du monde entier ».

 

Or aucun monument ou vestige n’a été retrouvé dans les alentours!!

De plus, l’analyse des isotopes extraits des os a corroboré ces résultats. Certains isotopes stables du sol peuvent être assimilés à des plantes, qui sont ensuite consommées par les humains. Les isotopes remplacent une partie du calcium contenu dans les dents et les os; celles-ci peuvent ensuite être associées à des emplacements géographiques.

Les individus appartenant au groupe lié aux Indiens avaient des régimes très variables, montrant une sources de nourriture végétales, animales mais également de certaines plantes typiques.

« Ces résultats sont cohérents avec les preuves génétiques d’appartenance à une variété de groupes en Asie du Sud », a déclaré l’archéologue Ayushi Nayak de l’Institut Max Planck pour la science de l’histoire humaine.

 

En revanche, les personnes d’ascendance liée à l’est de la Méditerranée semblent avoir consommé un régime à base de blé, orge et riz ainsi que d’animaux nourri avec ses mêmes plantes.

 

ossements humains retrouvés au lac Skeleton

Le lac aux squelettes

 

Encore plus surprenant les dates d’arrivée étaient décalées en fonctions des groupes.

La datation au radiocarbone date les os liés aux Indiens entre le VIIème et le Xème siècle de notre ère. Or il est possible qu’ils aient été divisés en différents groupes à différents moments de cette période. Mais les deux autres groupes, de la Méditerranée et de l’Asie du Sud-Est, datent du XVIIème au XXème siècle de notre ère. Il est possible également que les restes qui n’ont pas été testés incluent d’autres groupes, d’autres époques et d’autres régions.

« On ne sait toujours pas ce qui a amené ces individus au lac Roopkund ni comment ils sont morts« . Une déclaration du généticien Niraj Rai de l’Institut Birbal Sahni des Paléosciences.

 

Aucune trace d’armes ou de luttes ont été retrouvés sur les lieux. De plus les deux sexe hommes et femmes sont présents, la thèse de l’épidémie est écarté également. Cependant, il est possible que nous n’ayons jamais de réponses à ce mystère, ce qui s’est passé au lac Skeleton reste un énigme.

« Nous espérons que cette étude représente la première de nombreuses analyses de ce site mystérieux. »

La recherche a été publiée dans Nature Communications .

Vous avez aimé, partagez-moi !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *