Accueil > Santé et bien-être > La recherche dans les thérapies non conventionnelles à besoin de vous.

La recherche dans les thérapies non conventionnelles à besoin de vous.

thérapies non conventionnelles

La recherche à besoin de volontaire dans le cadre d’un protocole en aveugle, afin de traiter des douleurs chroniques par le biais de thérapies non conventionnelles. Nous ne savons pas quels sont les moyens employés pour traiter la ou les pathologies.

Toutefois, d’après le document on peut en conclure qu’il s’agit là d’une forme de médecine alternative.

Si vous souffrez de douleurs chroniques, que vous êtes intéressés par les médecines non conventionnelles, et que vous souhaitez approfondir la recherche allant de ce sens, veuillez vous référer au document ci-dessous.

Recherche de volontaire pour faire avancer la recherche sur les thérapies non conventionnelles.

Dans le cadre d’une série d’expérimentations débutées en 2019 et s’étendant jusqu’en décembre 2021, nous recherchons des personnes souffrant de douleurs chroniques.

Aucun traitement médicamenteux, aucune manipulation ne seront pratiqués, nous ne sommes pas des médecins. Il va de soi qu’aucun traitement en cours ne doit être interrompu et sous aucun prétexte.

Quatre photos sont nécessaires, une de face, une de profil, une de dos, une de coté. Dans un premier temps, les personnes retenues ne devront fournir aucune information sur la nature des douleurs, pathologies.

Un contrat de confidentialité sera signé par les deux parties. L’expérimentation généralement est d’une durée d’une heure trente environ, vous serez avertit deux jours avant. 

Mais nous ne donnerons pas l’heure de début d’expérimentation. Vous serez par la suite contactés afin d’évaluer une hypothétique amélioration. Durant cinq jours, nous prendrons des nouvelles.

Une fois les cinq jours passés, nous vous demanderons de remplir un formulaire « pathologie, accident, etc… » afin de comparer les données et d’évaluer une possible amélioration significative ou pas.

Et toujours après ces 5 jours, nous vous demanderons, en fonction de la nature des douleurs soulagées, de nous fournir une copie des actes médicaux (rapports, radio, etc…) déjà effectués. 

Il vous sera demandé de refaire des examens identiques à ceux déjà effectués (qui seront bien entendu à notre charge), dans l’optique de comparer les résultats.

Aucun des éléments médicaux fournis ne seront diffusés. Ils resteront dans nos dossiers et ne seront consultés que par des médecins ou chercheurs, eux même sous contrat, et sans jamais en prendre possession.

S’agissant d’expérimentations non validées pour le moment, les méthodes utilisées ne peuvent en aucun cas être divulguées aux intéressés avant la fin de chaque session. Soit au cinquième jour dans l’unique intention de ne pas influencer l’expérimentateur.

Vous pouvez contacter Sophie:

recherchescommunes@gmail.com/ 06.81.79.26.70

En cas de messagerie, n’hésitez pas à laisser un message, vous serez rappelés rapidement.

8,rue de l’Est-92 100 Boulogne Billancourt. 

 

Le document original sur la recherche de patients volontaires dans le cadre d’une médecine alternative.

thérapies non conventionnelles recherche de volontaires

Protocole existant sur l’intention de guérison à distance.

L’intention de guérison à distance fait déjà l’objet de quelques études. Outre-atlantique on la surnomme (distant healing intention, plus simplement DHI). Il s’agit d’étudier des modalités de guérison intentionnelle qui prétendent transcender les contraintes habituelles de la distance à travers l’espace et le temps.

La nature prétendument « non locale » de la DHI soulève d’importants défi méthodologiques et théoriques. La recherche dans ce domaine est relativement récente. Quelques études sur l’intention de guérison à distance ont été menées depuis les années 2000.

Pour réaliser ces expériences, les scientifiques utilisent un protocole DMILS.

DMILS est une expérience de laboratoire. Habituellement, deux participants et un expérimentateur sont nécessaires pour mener une session DMILS.
Les deux participants sont physiquement séparés l’un de l’autre pour éviter tout  moyen de communication.

Au moins un des participants, c’est-à-dire le receveur, doit être logé dans chambre isolée acoustiquement et idéalement blindée électromagnétiquement.

Plusieurs réactions physiologiques du receveur sont enregistrées à partir d’un récepteur tel que l’EDA, la respiration, la fréquence cardiaque, la pression artérielle ou encore l’ECG. Le receveur doit simplement se maintenir dans un état détendu.

La tâche de l’agent, consiste à activer ou à calmer ces réactions physiologiques, tout cela à distance sans aucun contact avec le receveur qui est mesuré en temps réel.

Source: ( étude: interactions mentales directes avec les systèmes vivants (DMILS) )

Résultats des expériences sur ces thérapies non conventionnelles.

Cumulativement, ces expériences fournissent la preuve qu’une connexion d’esprit à esprit est possible. Un sujet A peut affecter les réactions physiologiques d’un sujet B à distance.

Bien que certains effets expérimentaux importants aient été observés, les données probantes à ce jour ne permettent pas encore d’avoir confiance en son efficacité clinique. Ces recherches n’en sont qu’à leur début, et des recherches complémentaires sont nécessaires.

En revanche il existe des études intéressantes sur les guérisons pratiquées par les coupeurs de feu ou les séances de reiki. Ces thérapies sont différentes du (DHI) mentionné précédemment, car l’émetteur et le receveur se trouvent à proximité l’un de l’autre. Mais elles restent des thérapies alternatives dont on commence à entrevoir les principes.

Les découvertes de Fritz-Albert Popp sur les biophotons font débats au sein de la science. Mais en 2005, Popp confirme que le réseau de biophotons a une structure identique aux méridiens d’acupuncture.

En 2008, il suggère les principes de fonctionnement des thérapies énergétiques, par les interactions électromagnétiques et les biophotons. ( Source: Les biophotons, la science des thérapies holistiques)

Mais, ce genre de recherches et d’études sont peu courantes, car elles ne cadrent absolument avec la vision scientifique de la médecine. De plus, ces recherches vont à l’encontre de l’industrie du médicament et souffrent généralement d’un manque de financement. Toutefois, ce n’est parce qu’un phénomène n’est pas compris, qu’il ne doit pas être étudié.

Si vous souhaitez participer à cette étude, dont le protocole n’est pas dévoilé contactez l’organisme responsable vu dans cet l’article. Si vous connaissez dans votre entourage une personne susceptible d’être intéressée pour participer à l’étude de thérapies non conventionnelles, partagez cet article.

Vous avez aimé, partagez-moi !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *