Accueil > Conscience et Métaphysique > Immortalité biologique ou numérique, la science face à la vie éternelle.

Immortalité biologique ou numérique, la science face à la vie éternelle.

immortalité

Atteindre l’immortalité, un fantasme pour certains, une aberration pour d’autres. Mais au-delà des avis de chacun, cette immortalité est-elle possible ?

Il faut savoir qu’il existe deux approches concernant l’immortalité.

Premièrement, l’immortalité biologique. Cette forme de vie éternelle, est une réalité qui a déjà été observée dans la nature. En effet, il existe une méduse possédant un organisme capable de rajeunir et de vieillir sans fin. Bien que cette espèce soit capable, d’inverser son processus de vieillissement, elle reste néanmoins sensible aux agressions extérieures.

Toutefois, l’incroyable capacité d’immortalité biologique observée sur cette espèce de méduse, peut-elle s’appliquer à l’homme ?

Deuxièmement, l’immortalité numérique. Cette forme de vie intemporelle, consiste à conserver toutes les données numériques d’une personne de manière à lui accorder une certaine immortalité. Cette idée peut sembler surprenante voire effrayante. Cependant, nous n’avons jamais été aussi proches de la possibilité de créer une copie numérique conforme à votre personnalité.

Le physicien Michio Kaku ne voit pas l’immortalité comme impossible. Nous devrions prochainement atteindre l’immortalité numérique et être en mesure d’arrêter l’horloge sur notre vieillissement. 

Professeur Michio Kaku se questionne sur l'immortalité biologique et numérique

Le physicien Michio Kaku

Pourquoi rechercher l’immortalité ?

Si on examine toutes les formes de vie qui ont pu exister sur Terre, on peut facilement conclure qu’elles sont condamnées à disparaître.

Lorsque nous fouillons le sol, nous sommes en mesure de découvrir des fossiles échelonnés dans le temps. Ainsi, nous détenons des preuves de nombreuses formes anciennes de vie.

Cependant, peu d’entre elles existent encore aujourd’hui. Ces millions d’espèces ont vécu en profitant pleinement du soleil avant de dépérir et mourir. Sommes-nous condamnés à disparaitre également ? C’est une certitude si nous restons sur Terre.

La menace du supervolcan du parc de Yellowstone pourrait disloquer les États-Unis, créant des dégâts considérables sur l’ensemble de la planète. De telles catastrophes se sont produites il y a 630 000 ans, mais également il y a 1,3 et 2,1 millions d’années. Des évènements qui se sont répétés tous les 700 000 ans.

Nous sommes également menacés par l’impact d’une nouvelle météorite ou autre comète semblable à celle qui a frappé la Terre il y a 65 millions d’années.

Dans 5 milliards d’années, notre soleil grossira pour devenir une étoile géante rouge. L’atmosphère brulante rendra toute vie impossible.

Cependant, il est tout à fait possible que nous n’atteignons jamais cette date fatidique, car l’humanité est en bonne voie pour causer sa propre perte. En effet, selon une étude parue dans Nature Scientific Reports, l’humanité pourrait s’éteindre d’ici quelques décennies si nous continuons à vivre, à consommer les ressources comme nous le faisons actuellement.

Face à cette condamnation, l’immortalité a toujours été une quête pour l’homme.

En quête d’immortalité biologique.

Depuis des temps immémoriaux, l’humanité a été obsédée par l’immortalité. Peut-on imaginer un jour, que la science moderne parvienne à percer les secrets du processus de vieillissement ?

Les récentes découvertes, suggèrent que les télomères sont la clé pour lutter contre vieillissement cellulaire.

Toutefois, ces recherches nous apprennent qu’il existe une limite « la limite de Hayflick ». Pour le Dr Leonard Hayflick, cette limite biologique représente un élément fondamental dans le processus de vieillissement.

Les cellules cutanées, par exemple, se reproduisent 60 fois environ, c’est la limite de Hayflick pour une cellule cutanée.

Mais, à Menlo Park en Californie, les chercheurs sont parvenus à immortaliser ces cellules. Ainsi, nous pouvons maintenant prendre des cellules cutanées humaines ordinaires, leur appliquer de la télomérase. Ainsi, elles stoppent le vieillissement et se reproduisent pour toujours.

Seulement, il y a un hic. En effet, les cellules cancéreuses utilisent également la télomérase pour parvenir à l’immortalité. Le cancer est une maladie due à un dérèglement du fonctionnement des cellules. Les cellules cancéreuses deviennent immortelles et se multiplient intensément.

Par conséquent, parvenir à l’immortalité cellulaire vous conduit vers la mort.

Ce paradoxe, est aujourd’hui un vaste sujet d’étude.

Par ailleurs, une nouvelle science nommée la bio gérontologie étudie en profondeur les causes du processus de vieillissement. Cette nouvelle science parviendra-t-elle un jour, à ralentir, stopper, ou encore inverser le processus de vieillissement chez l’homme ?

Qu’est ce que l’immortalité numérique ?

L’immortalité numérique est bien différente de l’immortalité biologique. Selon le milliardaire entrepreneur russe Dmitry Itskov, transférer la mémoire d’un être humain dans une machine serait largement envisageable d’ici 2045.

Seulement, pour parvenir à l’immortalité biologique, il faut réussir à récolter un nombre considérable de donner, puis de les analyser.

Mais de nos jours, nous laissons une énorme empreinte numérique. En effet, rien qu’en analysant les transactions effectuées avec votre carte de crédit, il est possible de connaître les pays que vous avez visités, le genre de nourriture que vous aimez consommer, votre style vestimentaire, vos références littéraires.

Mais ce n’est pas tout, à cela ajoutez les messages de blog, vos photos, vos vidéos, les réseaux sociaux ce que vous aimez, ce que vous n’aimez pas, ce qui vous met en colère, etc.. Cela fait énormément de données à analyser.

Mais ce n’est pas impossible. Nous avons des systèmes d’intelligence artificielle qui sont en mesure de scanner et d’analyser toutes ces données.

Les possibilités liées à l’immortalité numérique.

Pour le professeur Kaku, un jour nous disposerons d’une bibliothèque d’âmes. Plutôt que de lire un livre sur un personnage historique, vous pourrez directement discuter avec lui. Cet être serait un hologramme dont les expressions faciales, les mouvements corporels, les intonations de voix seront en tous points identiques à la personne en question.

Les archives numérisées contiendraient les données biographiques, divers écrits, les opinions politiques ou religieuses et tout un tas d’autres éléments personnels.

De ce fait, nous aurions vraiment l’impression de nous adresser directement à cette personne. Dans le futur, grâce à l’immortalité numérique, vos arrières, arrière, petits enfants seront en mesure d’entretenir une véritable conversation avec une projection conforme à celui que vous étiez.

Mais la question se pose alors : cette copie numérique sera-t-elle vraiment vous?

Le Dr Kaku, répond à cette question en déclarant qu’il ne s’agira jamais d’un appareil qui simule vos manies et autres détails biographiques. L’âme, comme le prétendent certains ne peut pas être réduite à de l’information.

En revanche, l’étape suivante de l’immortalité numérique ira bien au-delà de la bibliothèque numérique.

Dupliquer l’esprit de l’homme.

C’est l’ambitieux projet de l’Human connectome project qui consiste à numériser entièrement le cerveau.

Son objectif est de démêler la structure neuronale du cerveau, cellule par cellule, pour au final dresser une carte de chacune des voies suivies par les neurones du cerveau. Pour certains, ceci représente un travail colossal, voire irréalisable.

Toutefois si l’on parvenait à un tel exploit, que quelqu’un meurt, mais que le plan complet de ses connexions neuronales subsiste, peut-on qualifier cet individu d’immortel ? Si l’on considère que notre esprit peut être numérisé, cela reviendrait à dire que notre esprit est simplement un concentré d’informations.

Dans ce cas, si on parvenait à placer l’ensemble des réseaux neuronaux et des acquis antérieur d’un cerveau dans un disque compact afin de le télécharger sur un superordinateur, ce cerveau téléchargé pourrait-il fonctionner comme un cerveau réel ?

Si tel est le cas, télécharger cet esprit dans un ordinateur, revient à l’emprisonné à jamais à l’intérieur d’un appareil. Est-ce supportable pour un esprit humain ?

Ce sujet soulève des questions éthiques, à l’image des cerveaux crées en laboratoire.

Atteindre l’immortalité numérique.

Comme nous venons de le voir, l’immortalité numérique peut s’avérer immorale. Toutefois, selon le professeur Kaku, un esprit piégé dans un appareil pourrait très bien éprouver toutes les sensations d’un être humain qui vit et respire.

En effet, cet esprit pourrait très bien contrôler un robot à son image et ainsi ressentir tout ce qu’éprouve cet avatar. Tout ce que cet être humain bionique pourrait voir et sentir serait relayé vers un ordinateur central et incorporé dans la conscience numérisée.

Pour le professeur Kaku, cette technologie serait une solution pour les voyages spatiaux et l’exploration de planètes lointaines. Cet avatar superhumain, pourrait résister aux températures torrides, comme aux froids les plus intenses, en passant par les atmosphères toxiques.

Mais s’approcher de cette immortalité qu’elle soit biologique ou numérique ne serait pas contre nature?

Les conséquences de la vie éternelle.

L’idée d’immortalité que nous abordons dans cet article, n’est pas l’espérance d’une vie après la mort, mais plutôt celle d’une disparition de la mort.

Mais peut-on vraiment jouir de quelque chose qui n’a pas de fin ?

De plus, parvenir à l’immortalité biologique conduirait l’humanité à une malédiction. En effet, l’immortalité conduirait indubitablement à une surpopulation. Cette surpopulation causerait d’importantes répercussions sur les ressources alimentaires et énergétiques de la planète.

L’immortalité numérique quant à elle, soulève d’autres questions. Cette copie de votre esprit serait véritablement vous ou bien juste une copie de vous ?

Par ailleurs, l’immortalité numérique  n’est possible, que si nous considérons la matière comme l’élément fondamental de notre univers dont découle le mental ou la conscience. 

En revanche, si la conscience constitue la réalité ultime et fondamentale de l’univers comme le soutient le panpsychisme, cette copie numérique de vous ne serait qu’un robot démuni de conscience.

Une chose est certaine, de nos jours, la vie éternelle fascine autant qu’elle divise…

Un ouvrage intéressant du professeur Michio Kaku, disponible en français également, sur toutes les questions autour de l’avenir de l’humanité.

livre sur l'immortalité Michio Kaku

Le futur de l’humanité de Michio Kaku

Vous avez aimé cet article, partagez-le !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *