Accueil > Conscience et Métaphysique > Comment étudier scientifiquement la capacité des médiums à obtenir des informations ?

Comment étudier scientifiquement la capacité des médiums à obtenir des informations ?

tester la capacité des médiums à obtenir des informations

La capacité des médiums à obtenir des informations par un mécanisme inconnu est-elle fondée ? Peut-on obtenir des informations sur une personne, par le simple fait de regarder sa photo ?

Une requête pour le moins étrange, mais certains médiums affirment en être capable. Et si c’était vrai ?

Des études menées en double et triple aveugle montrent que certains médiums peuvent acquérir des informations exactes sur des personnes décédées, dans des conditions qui excluent toute explication conventionnelle.

Pour ceux qui souhaitent s’y intéresser, voir l’article « Est-il possible de communiquer avec les morts ?»

Mais ici, nous allons aborder une expérience, qui consiste à juger la capacité des médiums à déterminer, si une personne est vivante ou décédée. Or, le seul support auquel auront accès ces médiums est un bref coup d’œil à une photographie.

La capacité des médiums à obtenir des informations à travers une photo, mythe ou réalité ?

Pour tester les capacités médiumniques, le spécialiste mondial de la parapsychologie, Dean Radin a invité 12 médiums professionnels à son labo.

La mission de ces médiums était d’observer des photos de personnes, et déterminer si elles étaient en vie ou décédées.

Une moitié des photos montait des personnes mortes, l’autre moitié des personnes en vie à la date de l’expérience.

On demanda aux médiums de presser un bouton s’ils pensaient que cette personne était décédée. Un autre bouton s’ils pensaient qu’elle était en vie. Et enfin, un troisième bouton s’ils n’en avaient aucune idée.

Le processus était relativement simple, en revanche l’équipe de chercheurs fut très méticuleux quant au choix des photos.

En effet, tout a été mise en œuvre pour ne pas fournir le moindre indice aux médiums testés.

Tester la capacité des médiums, un protocole strict.

Pour mener à bien cette expérience, toutes les photos utilisées avaient d’abord été uniformément converties en nuances de gris.

Puis ces photos, avaient été triées et regroupées selon huit paramètres. Le sexe, l’âge, le regard, lunettes, position de la tête, sourire couleur de cheveux et résolution de l’image.

Ainsi, pour chaque image montrant par exemple, un homme d’âge moyen, brun, regardant l’objectif, portant des lunettes et souriant la tête penchée de côté ; une première photo correspondant à ces critères montrait une personne en vie et une seconde photo montrait une personne décédée.

Les médiums examinèrent les 404 photos apparaissant dans un ordre aléatoire, photo par photo, sur un écran d’ordinateur.

Chaque photo s’affichait à l’écran sur un délai de 8 secondes. Ainsi, tout était mis en œuvre pour ne pas influencer les médiums dans leurs décisions.

Des résultats qui défient les lois du hasard.

Parmi les douze médiums, neuf obtinrent des résultats allant dans le bon sens, avec des résultats supérieurs au hasard. Mais cinq médiums obtinrent individuellement des résultats statistiquement significatifs.

Selon l’auteur de l’étude, les chances d’un tel résultat sont d’1 chance sur 250. Cette étude a démontré, que les médiums peuvent statistiquement discerner qui était décédé ou en vie sur la base d’un bref coup d’œil sur une photographie.

Parmi les statistiques, une curieuse particularité ressort de l’expérience. En effet, l’expérience utilisait des photos prisent sur trois époques différentes.

Des photos prisent de nombreuses décennies dans le passé, des photos prisent il y a quelques décennies et des photos récentes.

Or, les résultats des médiums s’avèrent nettement meilleurs avec la catégorie « récemment décédée ».

Les médiums rapportent parfois qu’une personne décédée il y a longtemps ne donne plus « la sensation »  d’être morte. Est-ce parce que cette personne ou l’esprit de cette personne a pris le chemin d’une autre incarnation ?

Selon l’auteur, il serait intéressant de faire des études allant dans ce sens pour évaluer statistiquement cette hypothèse.

Les capacités médiumniques révèlent une curieuse activité cérébrale.

Lors de cette expérience, les chercheurs ont également enregistré l’activité électrique du cerveau des médiums.

Les mesures ont été faites alors qu’ils accomplissaient leurs tâches, avec un effet très net lorsqu’ils regardaient les photos.

En effet, 100 millisecondes après que la photo se soit affichée sur le moniteur, autrement dit, avant que le médium ait pu décider consciemment ce qu’il allait répondre, son activité cérébrale montrait des caractéristiques différentes selon qu’il décidait correctement que la personne était morte ou en vie ou qu’il se trompait.

Ce résultat suggère que les médiums sont inconsciemment sensibles à quelque chose qui leur procure, un indice sur l’état d’existence des personnes photographiées.

Cette étude fut publiée dans l’un des journaux académiques de psychologie, les plus réputés. Elle a été consultée des milliers de fois.

Puis quelque chose d’inattendu vient surprendre les auteurs de cette recherche.

Rétractation de l’article du journal académique.

En effet, l’article intitulé « Prediction of Mortality Based on Facial Characteristics » fut retiré du journal académique Frontiers in human neuroscience. (source)

Certes, la rétractation d’un article n’est pas anodine, cette procédure sous-entend la découverte de résultats frauduleux, plagiés ou erronés.

En principe, on donne une chance à l’auteur de l’étude de s’expliquer et de corriger d’éventuelles erreurs. Dans son livre « Real Magic », Dean Radin, qui cherche à obtenir des réponses sur la rétractation de son étude, cite:

« L’éditeur répondit que l’article serait rétracté, que nous soyons d’accord avec cette décision ou pas, et que nous n’aurions pas non plus l’opportunité de répondre. »

Stupéfait, Dean Radin, recontacte l’éditeur pour savoir si des soupçons de fraude furent évoqués ou si quelqu’un avait trouvé un quelconque problème de méthodologie qui aurait pu échapper. L’éditeur répondit :

« Ce n’est pas une question de fraude, ni d’erreur »

L’article fût rétracté comme annoncé, sans aucune explication pour ses auteurs.

La difficulté à faire paraître des études psi dans les revues scientifiques.

Il est certain que les scientifiques étudiant la parapsychologie se trouvent confrontés à un mur, quand il s’agit de publier des articles dans des revues officielles.

Des études sur la médiumnité, montrant des résultats probants sont refusées avec le motif :

« Le contenu de ce manuscrit ne satisfait pas les standards de rigueur exigés par notre journal pour envisager une publication »

En d’autres termes même si l’on parvient à prouver l’existence d’une quelconque expérience psychiques, l’article doit conclure que ces phénomènes n’existent pas, où sont des illusions, pour avoir des chances d’être publié.

Malheureusement, il est très courant d’être confronté à ce genre de préjugés dans le monde de la recherche psi.

Source : Real Magic, Dean Radin

Le livre sur les études des capacités de médiums

Le livre « REAL MAGIC » De Dean Radin, Docteur en psychologie, ingénieur et chercheur à l’institut des sciences Noétiques en Californie

Vous avez aimé, partagez-moi !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *